Où commencent les Apennins

Notes sur la culture et la nature du territoire des Quatre Provinces

Le mont Alfeo, et le mont Carmo derrière, vus de Capanne di Cosola / Fabrizio Capecchi

 

contacts: redazione@appennino4p.it
qui fait ce site ; droits d'auteur


English ; Deutsch ; Nederlands ; Occitan ; Català ; Castellano ; Sardu ; Italiano ; Ticinees ; Bulgnais ; Română ; dialetto di Voghera, Massinigo, Menconico, Artana, Daglio, Carsi

 

Les Apennins, la chaîne de montagnes qui parcourt comme une ossature toute l'Italie péninsulaire, commencent à la hauteur du pas du Turchino, entre Genova Voltri et Alessandria *. Certains considèrent que le nom "Apennins" descende de Pen, dieu ligurien des forêts et des montagnes, dont seraient dérivés même des noms de monts comme Penna et Penice.

carte à grande échelle Ces pages sont dédiées au premier trait septentrional des Apennins, un groupe de montagnes et de vallées divisées, du point de vue administratif, en pas moins que quatre provinces de quatre régions différentes : Gêne (Ligurie), Alessandria (Piémont), Pavie (Lombardie) et Piacenza (Emilia-Romagna). Culturellement, cependant, il s'agit d'une aire homogène, où pour des siècles les gens ont vécu de manière semblable (en cultivant des céréales, des pommes de terre et des châtaignes, en élevant des chèvres et des vaches, en construisant des villages de façon caractéristique, etc.) et se sont connus et mariés plus facilement d'une haute vallée à l'autre que parmi les vallées et les zones correspondantes de la plaine. Cette unité est témoignée surtout par la musique populaire traditionnelle, qui a été définie des Quatre Provinces : cette expression nous semble la plus adaptée à indiquer l'aire dont nous parlons.


Une terre de ponts

Bobbio. Pont médiévaux bossu sur le Trebbia / CG On sait que l'imaginaire populaire en général associe la construction d'un pont à l'intervention dérangeante du diable, et il est facile d'en comprendre la raison : les ponts relient, le diable divise. [...] Dans la culture populaire plus lutin dérangeant qu'incarnation du mal absolu, le diable représente, de par ses actes négatifs, l'image de la contradiction inhérente à chaque action qui veut unir, franchir, guéer. En fin de comptes, son opposition désespérée à la création de contacts, de rapports, de communications, apporte aussi un élément de valeur : la défense de l'identité et de la spécificité, même si déformée par le malentendu d'une fermeture à l'autre, d'un refus absolu et stérile.

Si le pont bossu de Bobbio, qui unit les rivages opposés de la rivière Trebbia, m'a suggéré ces considérations, c'est parce que dans ces vallées, que nous sommes maintenant habitués à définir "des Quatre Provinces", se manifeste en plénitude la complexité des multiples et contradictoires thèmes d'union et de conflit, de fermeture et d'échange, d'ouverture et d'isolation. Des vallées parcourues de tracés millénaires, voies vers la mer et voies du sel, qui passent par des itinéraires de gravier et des courants d'eaux, ou bien entre les escarpements des crêtes, le bleu et le vert, qui se regardent au nord dans les brouillards de la plaine et au sud dans la lueur diaphane d'un bord de mer. Des vallées que jadis caractérisaient des anciennes solidarités, des coutumes communautaires, l'ampleur des pâturages, la richesse d'eaux. Mais même des cloisons reculées et des ravins profonds, des existences consommées sur des horizons toujours égaux, des rivalités anciennes et sanguines. Des vallées souvent devenues impénétrables pour les forêts, des bourgs en ruine entourés de végétation, fermés dans un sombre abandon.

Paolo Ferrari Magà
(Dalla val Trebbia alle "molte province" = World music magazine. 62 : 2003.10. p 5-7)

Où commencent les Apennins : notes sur la culture et la nature du territoire des Quatre Provinces / rédaction ; Daniele Vitali : versione francese ; © auteurs -- <http://www.appennino4p.it/index.fr.html> : 2006.11 - 2011.04 -